Chronique ouvrière

Yo chèché y, yo trouvé y !
(Ils l’ont cherché, ils l’ont trouvé !)

vendredi 21 août 2009 par Gabriel JEAN-MARIE (CGTM)

Quelques mois après le grand mouvement social de février mars 2009, les employés de stations-service de la Martinique ont mené un mouvement du 17 au 20 août 2009. Il s’agissait pour eux d’obtenir principalement le versement de la quote-part « Employeur de la prime de vie chère » issue de l’accord de mars 2009 et l’application effective de la convention collective nationale du « Négoce et de distribution de combustibles solides, liquides, gazeux, produits pétroliers » du 20 décembre 1985 applicable dans les DOM, donc la Martinique. En d’autres termes, trois jours de mobilisation pour faire respecter le droit, trois jours pour faire respecter leurs droits.

Pour ne pas payer la part « Employeur » de la prime de vie chère, le syndicat des gérants n’avait pas pris part aux négociations en février mars et pensait ainsi attendre l’arrêté d’extension pour devoir le faire à partir de la date d’extension. Car selon les dirigeants de ce syndicat, leur organisation n’était « ni signataire, ni représentée ». Pour le faire à la date du premier mars, ils liaient le versement de cette prime à une « revalorisation de leur marge de détail ». Mauvais calcul pour ces patrons, même s’il s’est trouvé une organisation syndicale de salariés pour cosigner le 31 mars 2009 une lettre commune au préfet avec leur syndicat pour appuyer leur requête.

Le 7 avril, jour où cette lettre commune arrivait sur le bureau du préfet, la CGTM faisait savoir, suite à une assemblée générale ayant rassemblé 40 stations services (sur les 90 existantes) et plus de 130 salariés, qu’elle n’accompagnerait pas ces messieurs dans cette « démarche commune » et qu’elle exigeait la paiement de la prime ARI avec la paie de mai 2009, avec rétroactivité au 1er mars 2009. La CGTM l’a, depuis, régulièrement rappelé aux gérants par voie de communiqués publics, en mai, en juin (à trois reprises), en juillet que les travailleurs exigeaient leur dû et le feraient comprendre par des moyens adaptés le moment venu si la situation n’évoluait pas.

Quant à la convention collective, dont l’applicabilité en Martinique a été confirmée par la direction qui avait été interrogée par le syndicat des gérants, elle voyait également son application liée à « la revalorisation de leur marge de détail ».

Le 15 juin, lors d’une réunion tenue en préfecture, il avait été convenu et acté que les salariés percevraient la prime de vie chère de mars à juillet et bénéficieraient de l’application de certaines dispositions de la convention, tout cela avec la paie de juillet. Les arriérés de salaires (Article L. 3245-1 du Code du travail) devaient faire l’objet de négociations pour être payés. C’est le non respect de ces engagements par les gérants de stations-service qui a conduit les employés de stations-service à engager la lutte.

Au bout de trois jours, ils ont obtenu gain de cause sur toute la ligne :

— paiement avec la paie d’août de la prime de vie chère (de mars 2009 à août 2009),

— application affective de certaines dispositions de la convention collective en attendant la signature en septembre 2009 d’un accord négociée depuis mars 2009 et visant à adapter la classification à la situation locale

— négociations des modalités de versement des arriérés sur la base de l’article L. 3245-1 du code du travail.

L’Etat, représenté par le secrétaire général de la préfecture, a donné sa garantie aux gérants qu’ils auraient les moyens pour honorer les engagements pris cette fois.
Les travailleurs ont en outre exigé et obtenu, après quelques soubresauts de principe des patrons, le paiement intégral des trois jours de grève.

Les travailleurs ont perdu quelques heures de sommeil compensées par la satisfaction du travail bien fait.

Les patrons, quant à eux, en ont été pour leurs frais, d’avoir cru que les travailleurs de stations service étaient résignés et prêts à tout accepter, y compris le fait de renoncer à leurs droits.

Protocole d’accord stations-service.pdf
Document à consulter avec Adobe Acrobat Reader

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 650876

     RSS fr RSSQuestions d’actualité   ?