Chronique ouvrière

Continuer la lutte pour faire appliquer l’ordonnance de référé

mercredi 2 janvier 2008 par Henri ELISABETH (CGTM)
PDF - 272.1 ko
CPH Fort-de-France 22 Novembre 2007.pdf

L’usine du Gallion, société d’économie mixte, dirigée par les collectivités locales est la dernière unité de production sucrière de la Martinique.
Elle emploie une centaine de salariés, deux tiers d’entre eux bénéficie de la convention collective de branche, les autres ont un statut précaire avec des droits à géométrie variable.

Une vingtaine de cette dernière catégorie de salarié a décidé de saisir. le conseil des prudhommes pour faire reconnaître leurs droits de salariés à durée indéterminée et l’application sans restriction, de la convention collective de branche.

Sous la pression des salariés mobilisés en mai juin 2007, des élus représentants des collectivités locales ont reconnu le bien fondé des revendications mais ils se sont retranchés derrière l’intransigeance du directeur qui refusait de céder en dehors d’une décision de justice.

Or, après l’ordonnance de référé rendue le 22 novembre 2007, le directeur convoque les membres du CE et les informe qu’il n’a pas les moyens pour payer les sommes dues et qu’il a fait appel de la décision.

Devant une telle mauvaise foi les salariés devront compter sur leur mobilisation.

il y a également un commentaire de la décision de Fort-de-France "La Poste et l’Usine sucrière et rhumière du Galion condamnées pour intermittence sauvage !" signé par Pascal MOUSSY. Cliquez ici pour accéder à ce commentaire


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 475021

     RSS fr RSSJurisprudence commentée RSSPrécarité   ?